Image de NOAA

OBJECTIF ZÉRO CARBONE

NAVITAS CONSILIUM PUBLIE DES CARTES INTERACTIVES CONCERNANT LE PARC BÂTI DES 2'147 COMMUNES SUISSES 

Pour la première fois, il est possible de monitorer et de comparer la transition énergétique des communes et son évolution au moyen de cartes et d’indicateurs. Grâce à la combinaison des compétences en traitement de données à l’échelle du bâtiment de la société Navitas Consilium SA et aux données ouvertes du Registre fédéral des bâtiments et des logements mises à disposition par l’Office fédéral de la statistique, il est désormais possible de visualiser à l’aide de cartes, pour chaque commune, la part d’énergie renouvelable et importée, ainsi que la quantité d’émissions de gaz à effet de serre générées pour chauffer le parc bâti.

Émissions de CO2

Avec sa Stratégie climatique 2050 s’appuyant sur les Perspectives énergétiques 2050+, le Conseil fédéral a décidé d’abaisser les émissions de GES à zéro émission nette (neutralité carbone) d’ici à 2050, afin de satisfaire les objectifs de l’Accord de Paris. Cet objectif s’applique ainsi à tous les domaines émetteurs de GES. La carte interactive ci-contre montre la situation des émissions de GES  liées à la consommation de chaleur du parc bâti.

 

Énergies renouvelables

En Suisse, un approvisionnement énergétique renouvelable favorise l’exploitation des ressources locales telles que l’énergie solaire, les pompes à chaleur ou le bois suisse. Plus les ressources sont locales, plus la dépendance aux ressources étrangères est réduite. La carte interactive ci-contre illustre la part d’énergie finale  renouvelable consommée pour le chauffage et l’eau chaude du parc bâti par rapport à sa consommation totale estimée.

 

Énergie importée

En ce qui concerne la production de chaleur pour le chauffage des bâtiments et l’eau chaude, les sources de production importées sont en grande partie concentrées autour du mazout et du gaz, qui assurent plus de 30% et 25%  de l’approvisionnement énergétique du parc bâti actuellement. La carte interactive ci-contre illustre la part d’énergie importée par rapport à l’énergie produite localement.

 

Besoin de précisions sur votre commune?

Contactez-nous si vous souhaitez en savoir davantage et si vous cherchez à vous lancer dans une analyse plus spécifique de votre territoire pour la définition d’une stratégie énergétique à moyen (2035) ou long (2050) terme.

 

Limites de l'étude

Les résultats présentés ici sont le fruit d’estimations à l’échelle du bâtiment calculées à partir des données du Registre des bâtiments et logements (RegBL), extrait en août 2022. L’alimentation et la qualité des informations contenues dans ce registre est de la responsabilité de chaque commune. Ainsi, la qualité des résultats dépend de la qualité des données d’entrées. La méthodologie d’estimation des indicateurs présentés étant appliquée de manière homogène pour toutes les communes suisses, les comparaisons sont pertinentes pour illustrer les écarts.
A savoir que les sources de données utilisées peuvent être améliorées et complétées afin d’augmenter la qualité des résultats et affiner les analyses réalisées. Un travail à la maille plus fine (communale ou intercommunale) est recommandé. Voir les hypothèses de calcul

 

Résumé des hypothèses

Données et registres   fédéraux utilisés :

  • Registre des bâtiments et logements (RegBL), OFS, septembre 2022 ;

  • Géodonnées , OFEN, avril 2022 ;

  • Mix électrique suisse 2020, OFEN ;

  • Données des écobilans dans la construction, KBOB / ecobau / IPB2009/1 :2022.

Hypothèses :

  • Classification des catégories et classes de bâtiments du RegBL selon SIA 380/1 ;

  • Définition des besoins de chauffage et ECS spécifiques (kWh/m²) issus de l’expérience de NCSA en fonction de la catégorie du bâtiment et son époque de construction ;

  • Répartition des consommations selon les agents énergétiques des bâtiments :

    • Selon agent de chauffage et ECS renseignés par le RegBL. Si deux agents de chauffage ou ECS sont répertoriés, une clé de répartition est appliquée en fonction des couples d'agents énergétiques ;

    • Si connexion à un réseau thermique : utilisation des données OFEN (géodonnées réseaux thermiques) pour déterminer le mix du territoire ou recours à un mix moyen suisse à défaut ;

  • Répartition des sources de chaleur des consommations selon classification suivante :

    • Énergies renouvelables : chaleur de l’environnement, déchets, rejets thermiques, bois, biomasse, biogaz, capteurs solaires, 77% de l’électricité (part renouvelable du mix électrique suisse moyen) ;

    • Énergies non-renouvelables : mazout, gaz naturel, 23% de l’électricité (part non-renouvelable du mix électrique suisse moyen), autres agents énergétiques ;

    • Énergies importées : mazout, gaz, électricité nucléaire, 4% bois (importations brutes de bois-énergie 2021 par rapport au total consommé), 48% de l’électricité (importations brutes de courant 2021 par rapport au total consommé) ;

  • Émissions de CO2éq évaluées sur base des facteurs KBOB.

 

Méthodologie et résultats :

  • Exploitation des données selon une méthodologie standardisée et appliquée uniformément sur tout le territoire pour le calcul des indicateurs. La visualisation des résultats se veut sans biais supplémentaires avec suivi dans le temps possible.

  • Écarts remarqués lors de la comparaison des résultats avec des études approfondies de planification énergétique élaborées par Navitas Consilium SA. Ces écarts proviennent notamment des données d'entrée et de certaines particularités du territoire pouvant induire des variations dans les résultats.

Limitations :

  • La version publique du RegBL ne fournit pas toutes les caractéristiques des bâtiments utiles à l’établissement de bilan précis (p. ex : année de rénovation des bâtiments si applicable) ;

  • La précision et l’exhaustivité des données fournies par le RegBL et les géodonnées de réseaux thermiques peut être variables en fonction des territoires.